Communiqué de presse en vue du deuxième tour de l’élection présidentielle

Logo EnViMSA

À Mont-Saint-Aignan, les résultats du premier tour des élections Présidentielles ont été marqués par un affaiblissement significatif de la position de la majorité municipale de droite. En effet, en comparant avec les élections municipales de 2014, ce ne sont pas moins de 1 200 voix (soit 27%) qui ne se sont pas portés sur François Fillon, leur candidat. Dans le même temps, Emmanuel Macron, soutenu par l’ex-1er adjoint fait jeu égal avec le représentant de la droite. Il faudra, sans nul doute, en tirer les conséquences au niveau de la vie municipale.

La candidate de l’extrême droite, Marine Le Pen réalise, quant à elle, à Mont-Saint-Aignan un score de 8,29% bien inférieur à celui enregistré au niveau national. Sans nous réjouir de ce résultat encore trop élevé, nous devons tout faire pour que ce pourcentage reste aussi faible que possible. Alors, repoussons tout ce qui contribuerait à favoriser le positionnement de Marine Le Pen sur Mont-Saint-Aignan : l’abstention, le vote blanc, le vote nul.

En conséquence, nous, élu(e)s de la liste « Ensemble, vivons Mont-Saint-Aignan », appelons à voter pour Emmanuel MACRON.

Cette position n’est pas un ralliement aux idées d’Emmanuel Macron, avec lequel nous avons des divergences, parfois importantes, sur les orientations qu’il propose (les prochaines élections législatives seront l’occasion de le manifester). Notre appel s’appuie sur nos convictions républicaines qui sont, en aucun cas compatibles avec les positions défendues par l’extrême droite. Celle-ci banalise les thèses bien connues, toujours les mêmes depuis des décennies, que la candidate du Front National porte pendant cette campagne, à longueur de meetings et d’interviews : sur l’immigration massive, sur l’invasion de millions de migrants au milieu desquels s’infiltrent des terroristes, sur les étrangers qui mangent le pain et les allocations des français, sur la nécessité d’un repli nationaliste et de la fermeture des frontières, et même sur l’absence de responsabilité de l’Etat français lors de la rafle du Vel d’Hiv. Qu’est-ce que ce discours qui incite à la haine, au racisme, à la xénophobie, à l’exclusion, au repli sur soi, sinon du fascisme pur et dur ? Il n’y a pas de fascisme ordinaire.

Alors, faisons en sorte que Mont-Saint-Aignan, ville universitaire, reste une ville d’ouverture et de tolérance. Combattons le fascisme ! Il ne viendra pas chez nous !

Les élu(e)s de « Ensemble, vivons Mont-Saint-Aignan »,
groupe de la minorité municipale de Mont-Saint-Aignan

Contact : Patrice Colasse 06 61 86 96 93